Articles

Affichage des articles du janvier, 2022

Les paysans - Xavier Grall

Image
  Moi, j’aime le mot paysan. C’est le plus beau puisque le plus vrai. Il y a « pays » dans ce mot là. Il y a de la terre dessus. De la pluie. Des tiges. Des semailles. Des blés. Ne me parlez pas d’exploitants. Ce mot est laid comme le mot profit. (…) C’est à partir du XIXe siècle que les hommes se sont mis à renier leurs origines et à brocarder la paysannerie. Quitte à mettre leurs enfants dans les usines atroces et à jeter les filles sur le pavé des sombres villes. Ce fut l’époque du Capitalisme triomphant. Et comme les êtres exploités, les villages se sont tus. 

Le service - Rabindranàth Tagore

Image
  Je dormais et je rêvais que la vie n'était que joie. Je m'éveillais et je vis que la vie n'est que service. Je servis et je compris que le service est joie.

Tous enfants de Dieu - Pape François

Image
On aime un enfant parce qu’il est un enfant: non pas parce qu’il est beau, ou parce qu’il est comme ci ou comme ça; mais parce que c’est un enfant ! Non pas parce qu’il pense comme moi, ou qu’il incarne mes désirs. Un enfant est un enfant: une vie générée par nous mais qui lui est destinée à lui, à son bien, au bien de la famille, de la société, de l’humanité entière. C’est de là que vient également la profondeur de l’expérience humaine d’être fils ou fille, qui nous permet de découvrir la dimension la plus gratuite de l’amour, qui ne cesse jamais de nous surprendre. Les enfants sont aimés avant de venir au monde. C’est cela la gratuité, c’est cela l’amour; ils sont aimés avant la naissance, comme l’amour de Dieu qui nous aime toujours avant. Ils sont aimés avant d’avoir fait quoi que ce soit pour le mériter, avant de savoir parler ou penser, et même avant de venir au monde ! Etre enfants est la condition fondamentale pour connaître l’amour de Dieu, qui est la source ultime de cet auth

Texte : Les trois tamis - Socrate

Image
Un jour, quelqu'un vint voir Socrate et lui dit : écoute, Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s'est conduit... Arrête ! interrompit l'homme sage. Avant de me raconter cela, as-tu passé à travers les trois tamis ? Trois tamis ? dit l'autre rempli d'étonnement. Oui, mon ami : trois tamis : le premier est celui de la vérité ; as tu vérifié si c'est vrai ? Pas vraiment, je l'ai entendu dire et... Bien ! Mais tu l'as sûrement fait passer par le second tamis, celui de la bonté : si ce n'est pas tout à fait vrai, est-ce au moins quelque chose de bon ? Hésitant, l'autre répondit : Non, ce n'est pas quelque chose de bon, au contraire... Hum ! dit le sage, essayons de nous servir du troisième tamis, ce que tu as envie de me dire, est utile de le raconter ? Utile ? Pas précisément... Eh bien ! dit Socrate, si ce que tu as à me dire n'est ni vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir e

Paternité - Christian Bobin

Image
  Le vrai père c'est celui qui ouvre les chemins par sa parole, pas celui qui retient dans les filets de sa rancœur. 

Citation : Faire plaisir - Henry de Montherlant

Image
On peut éprouver une telle joie à faire plaisir à quelqu'un, qu'on ait envie de le remercier.   

Texte : Escale en enfance - Anonyme

Image
Arrête -toi, écoute seulement, Dans les grands pins chante le vent. Il transporte aussi des senteurs De goëmons, de terre, puis de fleurs S'il se bouscule en tes cheveux Laisse-toi prendre à tous ses jeux Et redeviens le tout petit Reporte-toi au temps jadis. Tes yeux découvraient mille choses Ton cœur tout neuf faisait la pose Avec l'oiseau, avec le chien, Tu te trouvais heureux d'un rien. Le monde n'était que lumières Alors, le soir dans tes prières Tu remerciais la terre entière. Rêve d'enfant tout palpitant Fais de sentier, de pâquerettes et fleurs des champs D'étoiles, de roses, de tourterelles, Et puis bien sûr de caramels. Le temps a forcé ton allure Ton cœur aussi s'est fait plus dur, Bien souvent il s'est vite essoufflé De tant cogner il a saigné. Les fleurs tu ne les vois plus Et Blanche-Neige a disparu Tes rêves sont plus terre-à-terre Ils sont même devenus austères Faut bien remplir ses feuilles d'impôts Sans

Texte : Les lentilles - Diogène d'Apollonie

Image
Un jour, le philosophe grec Aristippe, qui menait une existence confortable parce qu'il adulait le roi, aperçoit Diogène, philosophe, en train de manger des lentilles pour souper. Il lui dit : "Si tu apprenais à ramper devant le roi, tu n'en serais pas à manger des déchets, comme ces lentilles." Diogène lui répondit : "Si tu avais appris à manger des lentilles, tu n'aurais pas à aduler le roi pour te nourrir."

Texte : Nous ne sommes que de passage - Anonyme

Image
  Nous nous intéressons en ce moment à l'histoire de notre bonne vieille terre et nous commençons tout juste à nous soucier de son avenir. Et pourtant, la planète terre est née il y a 4,6 milliards d'années. Face à ce chiffre vertigineux, pour mieux comprendre, imaginons son âge, aujourd'hui, à un chiffre plus facile à évaluer, soit 46 ans, pour examiner sa biographie : Personne ne sait rien des sept premières années de son existence.  Petit à petit, les premières formes de vie apparaissent  mais il faut attendre 42 ans pour que la flore se développe.  Les grands reptiles et dinosaures peuplent une terre déjà vieille de 45 ans.  Les mammifères arrivent il y a seulement 8 mois  Et l'homme en tant que tel, est survenu la semaine dernière.  L'homme moderne (neandertal, homo sapiens) apparaît il y a 4 heures  Il découvre l'agriculture il y a 1 heure.  La révolution industrielle démarre depuis 1 minute :  Donc, en 1 seule petite minute, les hu

Courage - Georges Clémenceau

Image
  Il faut d'abord savoir ce que l'on veut, il faut ensuite avoir le courage de le dire, il faut ensuite trouver l'énergie de le faire. 

Texte : Nous sommes faits pour - Jules Beaulac

Image
Nous sommes faits pour aimer... comme les oiseaux pour chanter, comme les fleurs pour parfumer, comme les fleuves pour couler. Nous sommes faits pour donner... comme la source pour étancher, comme l'ombre pour rafraîchir, comme l'arbre pour protéger. Nous sommes faits pour rire... comme la ballerine pour danser, comme le clown pour pirouetter, comme l'enfant pour sauter. Nous sommes faits pour compatir... comme la maman pour consoler, comme le grand-frère pour rassurer, comme le voisin pour écouter. Nous sommes faits pour grandir... comme l'herbe pour verdir, comme le blé pour pousser, comme le ciel pour bleuir.

Texte : L'arc-en-ciel - Renée Capiten

Image
  Je croyais que chaque jour le matin était clair Et l'aurore espérance... Je croyais que le soleil brillait toujours de tout son or Et que le ciel se devait d'être bleu... Je croyais que le printemps voulait dire renaissance Et que chaque nuit la lune nous éclaire... Et pourtant... Un jour le matin a été noir Et l'aurore fut crépuscule... Un jour le soleil s'est voilé d'ombre Et le ciel se mit en pleurs... Un jour le printemps a pris des couleurs d'automne Et la nuit perdit sa couronne... Alors je me suis dit : C'est toi seule qui fais le matin clair Et le soleil brillant, Et puis le ciel bleu au printemps... Dis-toi que l'arc en ciel ne naît qu'avec la pluie, Et ainsi chaque jour sera éclaircie !