Articles

Message du jour

Robert Guelluy

Image
Le plus grand dénuement de l'homme est de n'avoir personne à aimer, et n'être pas aimé. Pour le croyant, l'amour est quelqu'un, à l'affection inépuisable pour nous, et qui nous appelle à l'aimer sans mesure : c'est ainsi que le croyant, le vrai, est comblé d'amour. Pour le croyant, aimer c'est vivre, c'est donner et recevoir sans calcul, voir toutes choses, nous voir avec les yeux de Dieu : ainsi, nos déficiences nous imposeront les réformes nécessaires.  C'est être capable d'aimer vraiment dans le désintéressement, d'une affection qui n'assujettisse pas ceux que j'aime mais qui au contraire les fasse eux-mêmes, les fasse ce que Dieu veut.  C'est aussi savoir aussi accepter d'être aimé. ___________________________ - "A l'écoute de Dieu" - Castelman 1965 -  

Demander ? – Mère Teresa

Image
Prier, ce n'est pas demander. prier, c'est se mettre entre les mains de Dieu, à sa disposition, et écouter sa voix au plus profond de son cœur.  

Seuil de tolérance - Roland Gori

Image
  Notre seuil de tolérance à l'agitation s'est abaissé :  Les héros de "La Guerre des boutons",  roman de 1912 qui racontait l'affrontement de deux bandes d'enfants rivales,  seraient aujourd'hui envoyés en centre éducatif renforcé.

Je peux ! - Anonyme

Image
Si tu te crois battu, tu le seras Si tu n'oses jamais, tu n'auras rien Si tu veux gagner en te croyant incapable, Il est presque certain que tu ne gagneras pas. Si tu crois que tu vas perdre, tu es perdu, Car, dans le monde, on se rend compte Que le succès dépend de la confiance en soi Tout dépend de son état d'esprit. Les batailles de la vie ne sont pas gagnées Ni par les plus forts, ni les plus rapides, Mais par ceux qui croient en eux En pensant toujours : "je peux !"  

Merveilles - Christian Bobin

Image
Le bout du monde et le fond du jardin contiennent la même quantité de merveilles.

Culture et sagesse - Alfred Capus

Image
L'homme sage est celui qui écoute en souriant les choses qu'il sait, dites par quelqu'un qui les ignore.

Texte : Le droit d'être enfant - Philippe Simon

Image
  Et si on décidait de relâcher la pression sur nos enfants ? L'école maternelle n'est pas le lieu des compétitions. Un enfant un peu turbulent, un peu coquin, n'est pas un futur voyou. Au cours préparatoire, l'enfant qui lit moins vite n'est pas condamné à l'échec scolaire. Un enfant de 6e a encore le droit de jouer avec ses poupées ou ses voitures. De grâce, sauvons l'enfance de nos enfants. Laissons-les grandir à leur rythme. Protégeons-les des agressions de la société de consommation, des classements divers et variés, des discours défaitistes... L'enfant du XXIe siècle reste un enfant avec ses besoins de jeu, de temps passé avec ses parents, de rêverie, de découverte, d'enthousiasme...

Pourquoi comment ? - Anonyme

Image
Lors d'une grande épreuve, le pessimiste se pose d'abord la question du « pourquoi ». L'optimiste, lui, se pose plutôt la question du « comment » 

L'homme intégral - Jean Guitton

Image
Aujourd'hui, on ne vit que pour le psychique, parfois pour le physique, rarement pour le spirituel : il y a hypertrophie de l'un sur les autres. Une hypothèse se confirme  : tous les phénomènes paranormaux qui interviennent à ces trois niveaux : corps, mental et esprit / âme, ont des interférences signifiantes. Aujourd'hui notre époque privilégie la zone intermédiaire, celle du mental, de la réflexion, de la science et de la conscience. Et depuis des décennies on magnifie le corps. Pourtant la véritable structure de notre être à venir serait celle dans laquelle se joindraient en nous notre élément corporel et notre élément éternel. Avoir la foi, c'est ressentir au plus profond de son cœur une impression durable et bouleversante qui ne peut se comparer qu'à l'amour, qui est l'Amour dans sa perfection est dans sa quintessence... ce sentiment religieux, indépendant du dogme, est détaché de la croyance en Dieu, et non lié à l'idée de survie. Il fait dramati

La providence divine - Didier Berthet

Image
  Songer à l'avenir, ce n'est pas nous en préoccuper, c'est le construire à partir de notre présence au présent...  Ne pas s'appuyer [ uniquement ] sur des revenus assuré mais sur la providence divine.  Ainsi l’Église, lorsqu'elle se réforme, se renouvelle, s'en remet toujours davantage à Dieu conformément à l'Évangile du Christ et non pas à sa propre puissance, à ses moyens, à ses sécurités, à son savoir-faire.  S'en remettre à la Providence de Dieu est pour nous fondamental. C'est le chemin de la vraie liberté et du vrai service du Royaume.