Articles

Affichage des articles du décembre, 2019

Prière : Prière de l'automobiliste - Michel Hubaut

Image
Seigneur, Toi qui es toujours présent sur la route de chacun, Toi dont l'amour féconde nos gestes quotidiens, Tourne vers moi Ton Visage, Sois mon fidèle compagnon tout au long de mes voyages. Accorde-moi de bien user de ma liberté et de garder le sens de mes responsabilités. Donne-moi, même si parfois cela me coûte, d'observer scrupuleusement le code de la route, par respect pour la vie que Tu m'as donnée et pour celle de mes frères qui est sacrée. Que je ne fasse jamais de ma voiture un char d'assaut ou une imbécile armure, pour me vanter de quelque performance ou assouvir mon instinct de puissance. Qu'elle soit un simple outil au service de mon travail et pour le plaisir de mes loisirs. Accorde-moi, comme le Bon Samaritain, de savoir porter secours à celui qui en a besoin et de faire un détour pour aider mon voisin. Accorde-moi l'humour et la patience dans les encombrements et, dans un beau paysage, la grâce de l'émerveill

Texte : Noël avec les migrants

Image
Comme un migrant au bout d’un long voyage, «  Dieu est venu  habiter parmi nous ; pas de place pour lui dans la salle d’hôtes. » Pour abri une crèche, pour berceau une mangeoire. « Les siens ne l’ont pas reçu, ne l’ont pas reconnu » . Les bergers, ces pauvres, ces marginaux sont venus les premiers vers lui. Ils resteront les préférés de Jésus. Comme eux il sera berger, lui aussi, et s’en ira à la recherche des brebis égarées. Joyeux Noël à tous ceux qui ont un cœur de berger. Ils ont le souci des autres. Inlassablement, ils vont vers les pauvres, les plus petits, les égarés, les immigrés sans feu ni lieu.  Heureux ceux qui savent les porter comme des agneaux sur leur cœur. Comme un migrant, " Dieu a planté sa tente parmi nous " . Une simple tente, vite repliée. A peine a-t-il goûté à notre amère humanité, que pour sauver sa peau, il doit fuir en Égypte. Saurons-nous le reconnaître  parmi les migrants qui fuient la guerre ou la misère, quand ils f

Texte : Les choses - Bouddha

Image
Le Bouddha disait : On ne possède pas les choses : On les tient seulement un instant entre les mains. Dès qu'on veut les posséder, elles nous possèdent. Quand on veut s'approprier les choses, on les gâche. Quand on les libère, on en est maître pour toujours. Si tu veux être heureux, ne t'attache pas aux choses. Alors, tu les posséderas. Photo : Accumulation 

Citation : Cadeaux de Noël - Anonyme

Image
Comme elle est curieuse cette tradition qui laisse un père Noël nous couvrir de cadeaux la nuit où est né le Roi des pauvres !  Photo : Cadeaux de Noël

Texte : Je crois en toi - Marie-Claude Morvan

Image
L'enfant me montre du doigt, Son regard me scrute et me dit : "Je crois en toi !" Il est un éveilleur...  Il me provoque et me dit : "Sors de ton tombeau... "Sois lumière pour le monde... "Bouge-toi... "Retrousse tes manches... "Il y a tant à faire ! "Regarde la réalité du monde : "Chômage... dettes... familles détruites... Peur du lendemain... alcool... dépression... solitude... "Il y a urgence ! Pense un peu à moi... "Construis le monde de demain pour qu'il soit plus juste et fraternel." – "D’accord, petit bonhomme, message reçu, cinq sur cinq !" Un merci dans les yeux, il me répond : "Je savais que je pouvais te faire confiance ! "Tu as dans le cœur mille et un petits bonheurs à distribuer, "Des trésors de bonté, de générosité, d’amour à partager..." Alors ! Osons dire aux plus démunis : "je crois en toi". Aidons-les à mettre en œuvre leurs tal

Texte : Etre jeune - Douglas Mac Arthur

Image
La jeunessen'est pas une période de la vie, Elle est un état d'esprit, un effet de la volonté, une qualité de l'imagination, Une intensité émotive, une victoire du courage sur l'amour du confort. On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années, On devient vieux parce qu'on a déserté son idéal. Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l'âme. Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs Sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre Et devenir poussière… avant la mort. Jeune est celui qui s'étonne et s'émerveille. Il demande comme l'enfant insatiable : "Et après ?" Il défie les évènements et trouve la joie au jeu de la vie. Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute. Aussi jeune que votre confiance en vous-même. Aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement. Vous resterez jeune tant que vous resterez réc

Texte : Rester soi-même - Simone Veil

Image
Les erreurs ne se regrettent pas, elles s'assument. La peur ne se fuit pas, elle se surmonte. L'amour ne se crie pas, il se prouve. Si je suis fort, personne ne peut me détruire. Si je suis noble, personne ne peut m'humilier. Si je suis humble, personne ne peut m'offenser. Quand je reste moi-même, personne ne peut me prendre pour un autre... Photo :  Bébé bisou

Texte : Avec les doigts du cœur - Robert Riber

Image
Quand la souffrance touche le corps, C'est le cœur qui est le plus touché. Quand la douleur blesse le corps, C'est le cœur qui est le plus blessé. Quand la lèpre défigure un corps, C'est toujours le corps qui est défiguré. Aujourd'hui, sur nos routes d'hommes, Ils sont légion les lépreux du monde. Mais, il suffit de si peu de chose, Rien ou presque rien, tu sais... Si tu veux relever ton frère, Touche-le avec les doigts du cœur Et son visage s'illuminera. Touche-le avec les mots du cœur, Même s'il est abattu. Tu verras, il se lèvera. - Photo : Chien triste - 

Texte : La paix du coeur - Frère Roger, de Taizé (Roger Schutz)

Image
Dans la paix du cœur se dissipent les inquiétudes sur soi-même et tu vas jusqu’à découvrir à quel point tu te réalises dans une vie donnée… Tu t’interroges : mais où est la source à laquelle puiser un tel élan ? Elle est dans la mystérieuse présence d’un amour. Le plus important pour toi est de découvrir que Dieu t’aime. Là est la source. Et ton amour est présence et pardon. Il t’aime, même si tu penses ne pas l’aimer. Et viendra un jour où tu lui diras : je t’aime, peut-être pas comme je voudrais, mais je t’aime. … Les pessimismes que tu portes sur toi-même se dissolvent. Fais la chasse aux impressions sombres que peut secréter l’imagination, et s’éclaire la paix du cœur... Imperceptible changement au-dedans, la transfiguration de l’être se poursuit au long de l’existence. Elle donne de vivre dans le moment présent, elle fait de chaque jour un aujourd’hui de Dieu. Déjà sur la terre, elle est le commencement de la Résurrection, le début d’une vie qui n’a pas de

Citation : Les biens matériels - Saint Exupéry

Image
En travaillant pour les seuls biens matériels, nous bâtissons nous-mêmes notre prison. Nous nous enfermons solitaires avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille. ________________ Photo : Encombrement

Citation : Plaisir, joie ou bonheur ? - Siddharta Gautama

Image
Le plaisir se ramasse, la joie se cueille et le bonheur se cultive. _______________ Photo : Bienveillance.

Texte : De l'Amour divin - Hans Urs von Balthasar

Image
Celui qui porte déjà en lui d'une manière quelconque, peut-être inconsciemment, une parcelle du mystère de l'amour divin sait que seul l'amour peut finalement donner un sens à l'existence. Et les chrétiens n'en ont pas le monopole. … Car le monde dans sa totalité appartient déjà au royaume de Dieu qui n'est pas de ce monde. Le monde qui passe, dans lequel nous vivons, est incorporé dans le grand royaume qui demeure où vit Dieu qui est tout en tout. __________________________ Photo : La création d'Adam de Léonard de Vinci

Citation : Comme l'eau - Bouddha

Image
Le Bouddha disait : Le bonheur est comme l'eau entre les doigts. Dès qu'on veut la saisir, elle n'est plus là. Dès qu'on veut la posséder, elle s'échappe. ______________ Photo : Mains fripées  

Texte : Le pot fêlé - Anonyme

Image
  Une vieille dame chinoise possédait deux grands pots, chacun suspendu au bout d'une perche qu'elle transportait, appuyée derrière son cou. Un des pots était fêlé, alors que l'autre, en parfait état, rapportait toujours sa pleine ration d'eau. A la fin de la longue marche quotidienne du ruisseau vers la maison, le pot fêlé n'était plus qu'à moitié rempli d'eau. Deux années passèrent, durant lesquelles la vieille dame ne rapportait qu'un pot et demie d'eau. Bien sûr, le pot intact était très fier de ses accomplissements. Mais le pauvre pot fêlé, lui, avait honte de ses propres imperfections et se sentait triste car il ne pouvait faire que la moitié du travail pour lequel il avait été créé. Il s'en confia à la vieille dame, mais celle-ci sourit et lui fit remarquer toutes ces fleurs qui poussaient sur son côté du chemin et rien sur l'autre : "j'ai bien vu ta fêlure et l'eau qui s'écoulait doucement, alors j'ai sem