Articles

Message du jour

Si t'as besoin... - Philippe Forcioli

Image
  Si t’as besoin d’un [smartphone] au sommet d’une montagne si t'as besoin de ton fusil pour balader en campagne si t'as besoin d'une moustache d'une casquette et du tiercé si t'as besoin d'une voiture à la couleur de tes cravates tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter Si t'as besoin d'une femme-maison pour remplacer ta maman si t'as besoin d'enfants qui te ressemblent pour ta consécration si t'as besoin d'un chien méchant d'une barrière de dix verrous si t'as besoin d'une assurance contre la vie contre la mort et contre les piqûres de moustiques tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter Si t'as besoin d'un cinéma pour t'inventer des histoires si t'as besoin d'une mode pour t'inventer des goûts si t'as besoin d'un boulot con mais où tu touches gros si t'as besoin d'un club de vacances pour t'inventer l'aventure tu devra

Prière de l'automobiliste - Michel Hubaut

Image
Seigneur, Toi qui es toujours présent sur la route de chacun, Toi dont l'amour féconde nos gestes quotidiens, Tourne vers moi Ton Visage, Sois mon fidèle compagnon tout au long de mes voyages. Accorde-moi de bien user de ma liberté et de garder le sens de mes responsabilités. Donne-moi, même si parfois cela me coûte, d'observer scrupuleusement le code de la route, par respect pour la vie que Tu m'as donnée et pour celle de mes frères qui est sacrée. Que je ne fasse jamais de ma voiture un char d'assaut ou une imbécile armure, pour me vanter de quelque performance ou assouvir mon instinct de puissance. Qu'elle soit un simple outil au service de mon travail et pour le plaisir de mes loisirs. Accorde-moi, comme le Bon Samaritain, de savoir porter secours à celui qui en a besoin et de faire un détour pour aider mon voisin. Accorde-moi l'humour et la patience dans les encombrements et, dans un beau paysage, la grâce de l'émerveill

Parabole du menuisier - Anonyme

Image
Un jour que le menuisier était absent, tous les outils de l'atelier firent grève : C'en est trop ! Ce n'est plus supportable ! car la vie y était devenue impossible : L'un se plaignait de la scie qui grinçait trop des dents, L'autre ne supportait plus le rabot qui avait le caractère trop tranchant. Un autre encore reprochait au marteau d'être devenu assommant. Et enfin, beaucoup reprochaient aux clous d'avoir des blagues très piquantes ! et au ciseau d'agir cruellement... La mésentente était réelle, il fallait agir et décider de l'exclusion de ces gênants ! Mais le menuisier revint dans l'atelier avant qu'une décision n'ait été prise. Il  prit la scie, la fit grincer, sur une planche de bois toute neuve qu'il avait ramenée. Puis le rabot, qui put trancher, Et le marteau, qui put taper, avec les clous qui ont percé... Toute la journée, il travailla, et pour finir en toute beauté, Il cisela devant, derrière, su

Les maux - Maurice Zundel

Image
Une part énorme des maux qui nous accablent sont d'origine humaine et proviennent de la coexistence qui nous agglomère les uns aux autres dans une solidarité biologique qui suscite plus de rivalités nocives que de saines émulations, depuis la famille jusqu'aux grands blocs planétaires, à travers toutes les compétitions de la chair et de l'argent, des ethnies et des races, des régimes politiques et des religions. Quand toutes les bêtes féroces se seraient liguées pour nous anéantir, elles n'auraient jamais pu accumuler les ruines, inventer les tortures, susciter les désespoirs que la haine et le mépris de l'homme pour l'homme n'ont pas cessé de provoquer. Tous les dérèglements du sadisme, tous les raffinements de la cruauté, toute la violence calculée des génocides, tous les avilissements de l'esclavage, tous les trafics et toutes les dégradations de la prostitution ou de la drogue, toutes les ruses et toutes les trahisons de la pa

Oppressions - Pierre Rabhi

Image
  Nous croyons profondément qu'un changement de société adviendra par le changement des individus qui la composent. C'est la raison pour laquelle nous n'aurons pas recours au réflexe du bouc émissaire, . vieux comme le monde, qui nous dédouanerait de notre propre responsabilité. Le poing levé et les barricades ne garantissent pas des tyrannies qui, trop souvent, ont fleuri sur le terreau des révoltes, comme l'histoire nous l'a jusqu'à aujourd'hui abondamment démontré. Certaines dictatures parmi les plus féroces ont pris prétexte, pour s'installer, d'une révolte tout à fait légitime contre l'oppression. Malheureusement, les opprimés sont des oppresseurs en devenir, et il en sera toujours ainsi tant que chaque individu n'aura pas éradiqué en lui même les germes de l'oppression...

L'ange au magasin - Anonyme

Image
  Un jeune homme entre en rêve dans un magasin. Derrière le comptoir, se tient un ange. Le jeune homme lui demande : "Que vendez-vous ?" L'ange lui répond : "Tout ce que vous désirez". Alors le jeune homme commence à énumérer : "J'aimerais bien la fin des guerres dans le monde, la fin des bidonvilles, l'intégration de tous les marginaux dans la société, du travail pour tous les chômeurs, plus d'amour et de vie communautaire dans l'Eglise..." L'ange lui coupe la parole : "Excusez-moi, Monsieur, vous m'avez mal compris. Ici, nous ne vendons pas de fruits, nous ne vendons que des graines.

Texte : Ah ces Français ! - Anonyme

Image
Ton Christ est juif, Ta voiture est japonaise, Ta pizza est italienne, Et ton couscous, algérien,  Ta démocratie est grecque, Ton café est brésilien, Ta montre est suisse, Ta chemise est indienne, Ta radio est coréenne, Tes vacances sont turques, Tunisiennes ou marocaines,  Tes chiffres sont arabes, Ton écriture est latine,  Et... tu reproches à ton voisin  D'être un étranger ! 

Le détachement - Maître Eckhart

Image
  Le détachement est meilleur que tout, car il purifie l'âme et clarifie la conscience, embrase le cœur et éveille l'esprit, emballe le désir et fait connaître Dieu, détache de la créature et s'unit à Dieu.

Texte : La vie est courte - Maurice Zundel

Image
  Qu'est-ce que nous faisons de notre vie ? Nous nous cherchons, nous nous fuyons, nous nous rencontrons par intermittence et n'arrivons jamais à boucler la boucle, à nous définir nous-mêmes, à savoir qui nous sommes... On n'a pas le temps, la vie passe si vite, on est occupés par les soucis matériels ou par les divertissements... Et finalement la mort arrive, et c'est devant la mort qu'on prend conscience que la vie aurait pu être quelque chose d'immense, de prodigieux, de créateur.  

Si tu prends soin de moi - Hubert Renard

Image
  Si tu espères en moi, même quand je doute, Si pour m’accompagner, tu modifies ta route, Si tu comprends sans mot mes peurs et mes soucis, Si le geste convient et aussi la tendresse, Si, avec moi, silencieusement, tu pries, Le soleil de ta présence Réchauffera mon corps endolori. Comme le grain de blé tombé en terre Devient herbe nouvelle au sortir de l’hiver, Je comprendrai alors, qu’avec moi, tu choisis la vie.

Les superlatifs de la vie - Anonyme

Image
Le plus beau jour de sa vie : aujourd’hui. La plus grande distraction : le travail. Le plus grand handicap : la peur. La meilleure amie de l’homme...    Ou La meilleure façon de grandir...    Ou La plus grande part du bonheur : l’humilité. La chose la plus facile : se tromper. Les meilleurs professeurs : les enfants. Le plus grand défaut : l’égoïsme. Le plus grand besoin : le bon sens. Le plus grand destructeur de vie : le découragement. Le sentiment le plus dangereux : l’envie. Le plus beau cadeau : le pardon. La plus belle chose au monde : l’amour. _________________

Le handicapé - Guy Gilbert

Image
Le handicapé souffre, autant moralement que dans sa chair. La société l’enferme dans son corps, Comme elle enferme le Noir ou le Jaune dans sa couleur. Les incivilités commises contre les handicapés sont légion. On voit juste qu’ils n’ont plus d’appuis sur leurs pieds, point barre ! Les voitures des bien-portants se garent à leur place ; Leurs toilettes réservées sont toujours occupées, etc. Personne ne semble imaginer combien leur vie quotidienne peut être compliquée. La société crée le handicapé, Comme le raciste crée le Noir ou le Juif. Le handicapé est tout simplement un homme, Une femme, un enfant, comme toi. Ce qui le meurtrit, c’est surtout l’indifférence. Comme s’il était contagieux… Terrible sentiment de solitude ! Quand on reproche à un jeune son handicap, On ne le regarde pas, on le juge. Apprenez à le regarder avec les yeux de l’émerveillement ! 

Un petit héros ordinaire - Un médecin anonyme

Image
  Un jour, un enfant est arrivé aux urgences gravement accidenté. Les parents et le petit frère se sont précipités à l'hôpital pour entendre le médecin dire qu'il lui fallait une transfusion de sang de toute urgence. Or, le petit frère était le seul à être compatible pour son frère. Alors, avec l'accord des parents, le médecin demanda au petit frère, avec beaucoup de précautions, s'il acceptait de donner son sang pour sauver son frère. Le petit garçon hésita, regarda ses parents, regarda son frère, et regarda le médecin et l'infirmière, puis finit par répondre : "d'accord !" La transfusion fut un succès et permit au grand frère de s'en sortir sans trop de dommages. Au sortir de la salle de transfusion, le médecin, bienveillant, vint voir le petit garçon, et lui demanda s'il avait des questions à lui poser à propos de ce qui s'était passé. Il en avait une, en effet ; après avoir hésité un peu, le petit garçon demanda au médecin : "