Robert Guelluy


Le plus grand dénuement de l'homme est de n'avoir personne à aimer, et n'être pas aimé.

Pour le croyant, l'amour est quelqu'un, à l'affection inépuisable pour nous, et qui nous appelle à l'aimer sans mesure : c'est ainsi que le croyant, le vrai, est comblé d'amour.

Pour le croyant, aimer c'est vivre, c'est donner et recevoir sans calcul, voir toutes choses, nous voir avec les yeux de Dieu : ainsi, nos déficiences nous imposeront les réformes nécessaires. 

C'est être capable d'aimer vraiment dans le désintéressement, d'une affection qui n'assujettisse pas ceux que j'aime mais qui au contraire les fasse eux-mêmes, les fasse ce que Dieu veut. 

C'est aussi savoir aussi accepter d'être aimé.
___________________________
- "A l'écoute de Dieu" - Castelman 1965 -

 

Commentaires